Salut les zamis! Salut la fanmi !

Je vous ai demandé sur mon compte instagram si vous aviez envie que l’on parle twist out et vous avez tous dit que OUI😁

Ça tombait plutôt bien parce que j’aime les twist out. C’est une coiffure qui me permet de garder mes cheveux parfaitement hydratés tout au long de la semaine, d’avoir moins chaud qu’avec mon afro et SURTOUT de me démêler les cheveux en 20min chrono (bon ok, plutôt 35) lors de la session shampoing qui suit… Et ça, mézamis, ça n’a pas de prix!

Le twist out, qu’est ce que c’est?! Eh bien il s’agit de vanilles défaites. En théorie, ça a l’air tout simple mais en pratique bah… il y a parfois quelques ratés.

Que celle qui ne s’est jamais retrouvée avec un twist out à moitié sec et pas du tout défini me jette la première pierre!

L’erreur que j’ai commise le plus souvent? Penser que je pouvais commencer un twist out à 22h et avoir un rendu correct le lendemain.

J’ai fait mieux. Enfin pire. Penser que je pouvais le faire à 14h pour sortir le soir à 19h.

Échec total.

Pour un twist out stylé mézanmi, il faut du temps.

Un temps pour préparer,

Un temps twister

Un temps pour détwister défaire.

Préparer

First thing first, il faut y aller sur des cheveux propres et parfaitement démêlés. Plus un brin de vanille est démêlé (et donc « lissé ») mieux il va prendre le pli.

Ensuite, comme d’hab, il faut hy-dra-ter!

Twister

Alors là, fok fè an chwa, il va falloir choisir. Définition ou volume?

Je vous avoue qu’au delà de l’esthétique visée, le facteur flemme joue beaucoup pour moi.

Plus les vanilles sont grosses, plus on a du volume (et moins on a de définition) mais la phase de twistage est aussi plus rapide.

A l’inverse, des vanilles de petite/moyenne taille donnent plus de définition (et prennent plus de temps à faire)

Peu importe l’option choisie, gardez votre vapo sous la main. Il faut travailler sur des cheveux humides car c’est en séchant qu’ils prennent le pli.

On prend une petite section, on l’hydrate bien. On s’assure qu’il n’y a pas de noeud, petite noisette de karité (ou quelques gouttes d’huile végétale) pour sceller, on sépare la section en 2 et hop. On torsade.

Plus la vanille est régulière (et plus les vanilles entre elles sont de taille régulière) plus le rendu le sera.

Je ne serre pas à la racine (je ne supporte pas ça) mais je m’assure que la longueur soit finement torsadée.

Détwister

Spoiler alert: Madame, monsieur, si comme moi au début, tu es trop pressé-e de défaire tes twists, tu auras fait tout ça pour rien.

Comme mes cheveux mettent une éternité à sécher (et que je fais les vanilles sur cheveux très humides voire franchement mouillés) je garde toujours mes vanilles 2 jours MINIMUM avant de les défaire (3, c’est le must).

Quant à la technique… Avant, j’attrapais la vanille/twist à la racine et je tirais sur les 2 brins pour les séparer. C’est la méthode la plus rapide mais je trouve que j’ai un bien meilleur résultat en partant des pointes et en twistant (délicatement) à l’envers pour défaire la vanille. Le pli est préservé et j’ai moins de frisottis.

Ensuite, en fonction du choix de base (volume ou définition) on peut séparer de nouveau les brins (volume) ou laisser tels quels (définition) et aller se maquiller pour enflammer le dancefloor.

Ou la cour de récré. Mais c’est quand même moins funky.

Allez, tchuss !

6 thoughts on “Une histoire de Twist out!”

  1. Lool j’aime te lire, j’adore !
    Sinon.. étant particulierement patiente, je veux bien que tu viennes me faire le twiwt Out 👀 (shampoing tout ça… all inclusive)

    … s’il te plais ?

  2. Aaah! Ma fi! Tu nous dis pas combien de temps minimum il faut laisser pour une « bonne prise ».
    Moi je laisse une semaine si je peux que ça tienne bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :