J’aime la Dominique.

J’aime la vue qu’elle offre, j’aime l’odeur qu’on y respire et les sourires qu’on y croise. C’est toujours une île que je visite avec un immense plaisir et j’adore son festival mais cette année, j’avais peur que ce soit différent.

Je me souviens encore de ce matin où la Caraïbe s’est réveillée hébétée, sonnée devant les images de son île voisine dévastée. La nuit précédente, le cyclone Maria avait traversé l’île de part en part et avait tout balayé sur son passage. Les toits, les routes, les vies.

Je me souviens aussi des mots du Premier Ministre ce matin là : « Nous avons perdu tout ce que l’argent peut acheter et remplacer… »

Étrange sensation que cette détresse qu’on partage sans la vivre.

Quand quelques mois plus tard il a été de nouveau question du World Creole Music Festival, au lieu de me jeter sur les billets comme les années précédentes (enfin, les années où je n’étais pas fauchée, quoi) j’ai hésité.

Et si la Dominique était finie? Et si cette tragédie l’avait vidée de son énergie, de sa lumière? C’est une chose de tout perdre en tant qu’individu. C’en est une autre de tout perdre en tant que Communauté, en tant que Patrie.

J’ai hésité.

J’ai hésité et puis j’ai vu la liste des artistes annoncés. Kassav? Machel Montano? Kes? Chronixx? Hésitation? Tout’ ézitasyon pwan lavol mézanmi!*

Mes appréhensions étaient toujours présentes mais l’amour du bacchanal de la musique… Vous savez déjà!

Mes zamis…

J’avais tort. J’avais tort sur toute la ligne. La Dominique? Finie? Mais que nenni! Ça m’a frappée à la seconde où j’ai débarqué. La Dominique se tenait là, fière, vive, aussi belle que dans mes souvenirs et bien plus forte que tout ce qu’il est possible d’imaginer. De forêts en rivières et de rivières en montagnes. Partout, à perte de vue, la Dominique déployait ses beautés.

Ne vous méprenez pas. Les stigmates de Maria sont encore présents. On les voit dans les rues au détour d’une maison sans toit ou d’un pont qui n’existe plus. On les perçoit dans les cœurs en écoutant les récits de souvenirs écorchés. Mais la vie des Dominiquais est de nouveau normale. Pas normale comme avant mais normale avec un quotidien nouveau, reconstruit.

C’est ce qu’ils font d’ailleurs. Reconstruire, tous les jours, sans arrêt. En mieux et en plus solide. Le mot d’ordre est la , on l’entend dans toutes les chansons.

La résilience semble être la réponse.

Mais parlons donc du festival!

Mes zamis, le festival était GÉNIAL. Il y a eu de l’excellent, du bon et puis du moins bon mais que la Dominique ait pu fournir un évènement d’une aussi grande qualité en si peu de temps force le respect!

Le stade était beau, le public était présent, les artistes ont déchiré!

  • L’excellent

Les artistes!

Non mais vous connaissez un groupe qui rassemble les caribéens de tous âges, de toutes conditions comme Kassav le fait?!

Et puis mes zamis! J’ai failli laisser mes cordes vocales sur le stade de la personne quand Machel était sur scène. Quant à Triple Kay, ce sont mes chaussures qui étaient à deux doigts de rendre l’âme tellement je sautais et Kes… JézuMariJozèf! Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il a terminé son concert sans tshirt.

Asa Banton m’a émue aux larmes puis m’a fait chanter et danser comme une dingue la minute d’après. Son show était exceptionnel.

(Bon. Sauf peut-être la partie où il a distribué des dizaines de bouteilles au public pour le plaisir de gaspiller de l’eau.)

Chronixx? Dios mios! Si je vous dis que le boug a chanté ! Sa voix, sa vibe ont rempli le stade d’une atmosphère douce, sereine, positive. Fwisons si moun!** C’était magique.

Francky Vincent, J-M Ferdinand (mais si, vous le connaissez. C’est le monsieur qui chante la reprise de « mézanmi disk la réyé »« ), Yemi Alade et beaucoup, beaucoup d’autres ont mis le feu !

Sweet Micky a proféré tellement d’insultes sur scène que je préfère ne pas m’étendre sur le sujet et Mavado…

Bah… Je ne veux pas faire la difficile mais j’aurais préféré qu’il chante un peu plus que cinq mots d’affilée.

La deuxième scène où se sont succédés des artistes et DJs locaux pendant les entractes était survoltée.

  • LE BON

Mes zamis, je n’avais jamais vu une telle ponctualité. Je ne pensais même pas que c’était possible! Du coup, on savait qu’on avait exactement 30 minutes entre les prestations pour se dégourdir les jambes, aller chercher à manger ou dormir comme des petites mamies dans les gradins.

  • LE MOINS BON

L’aire de restauration.

Un jour, j’ai voulu distribuer des ballons à mes élèves sans leur demander de se mettre en file indienne avant. Vous imaginez le résultat ? Voilà. Vous avez une idée de l’état de chaque stand de nourriture. Le-cha-os.

Tout ça pour qu’au moment de passer commande, on nous dise qu’il ne restait plus de ceci ou de cela.

Non vraiment, WCMF, je t’aime d’amour mais trouve une solution pour l’année prochaine parce que it iz not possibeul. J’ai besoin de manger pour danser toute la nuit sans tomber, blip.

Les vadrouilles

Chucky (767) 265 2249

Les deux derniers jours de notre voyage ont été consacrés à la découverte de l’île avec aux commandes, notre super chauffeur Chucky. Après nous avoir déposées au festival et être revenu nous chercher à 4, 6 ou même 8h du matin (les artistes se succèdent toute la nuit), Chucky nous a fait visiter quelques coins de l’île.

Les images ici parleront mieux que les mots. Je vous laisse en prendre plein la vue!

Ce voyage m’a fait un bien fou, les zamis. La Dominique m’a donné le sentiment que rien n’est impossible.

Tomber, se relever. À l’infini.

Nou sa fè sa!***

Allez! Tchuss!

Toutes les photos sont de la MERVEILLEUSE Anaïs C

Un merci tout spécial à Monsieur Joe Scott qui s’est montré incroyablement disponible et à l’écoute pendant notre séjour. Il a été la solution de chacun de nos problèmes.

* Toutes mes hésitations se sont envolées

** J’en ai eu des frissons.

*** Nous en sommes capables!

Pour en savoir plus sur la Dominique, c’est par ici :

https://discoverdominica.com/

http://dominicafestivals.com

2 thoughts on “WCMF 2018. Petit (re)tour à la Dominique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :